La santé bucco-dentaire a une multitude d’enjeux. En effet, des dents saines sont garantes d’un bien-être général. Une qui manque, revient à fragiliser l’équilibre du métabolisme. Heureusement, aujourd’hui, il existe des solutions pour remplacer l’« élément » manquant ; l’implant dentaire en fait partie. Cette alternative présente de multiples avantages, notamment, celui de pallier les soucis en rapport avec les prothèses amovibles. De plus, il s’avère plus esthétique que les autres alternatives ; ce qui est un atout non négligeable. Dans la même optique, pour un aspect et un sourire flatteur, le blanchiment est une autre opération à envisager. Il offrira à celui qui s’y soumet, des dents blanches débarrassées des tâches et des couleurs disgracieuses qu’elles prennent au fil du temps. Pratique relativement connue pour être efficace avec les dents naturelles, il est normal pour les personnes avec des implants de se demander si les techniques de blanchiment s’appliquent aussi à eux. Pour le savoir, il faudra déjà comprendre le fonctionnement des 2 méthodes.

Les implants dentaires : le principe

La première chose à savoir sur les implants dentaires est qu’ils doivent être mis en place par des professionnels. Ces derniers sont d’ailleurs les plus aptes à renseigner sur les facettes et les démarches liées à la pose du dispositif. Vous résidez ou êtes de passage sur la capitale de l’Hexagone ? Pour trouver des réponses aux éventuelles questions en rapport avec l’implantologie à Parisvoir ce site. Toutefois, afin d’avoir un début d’explication se pencher, sur les quelques caractéristiques de la pratique.

Pour faire simple, l’implant dentaire est une vis conique d’une dizaine de millimètres  de long et d’à peu près 5 millimètres de large (des mesures qui peuvent varier), surmontée de(s) couronne(s) soutenue(s) par un pilier trans-gingival. Avant l’intervention, le patient aura à suivre une série d’examens pour déceler les possibles contre-indications et effectuer les analyses indispensables (bilan sanguin, photographies, radiographies, prise d’empreintes dentaires, détermination des solutions envisageables et des attentes. Il se peut également que des interventions et/ou des opérations viennent s’ajouter à l’insertion de l’implant dans la mâchoire :

  • Après extraction, et durant la période de traitement, il est possible d’effectuer la pose de bridge ou d’utiliser une prothèse amovible ;
  • La reconstruction et/ou greffe pour remédier aux insuffisances de volume de la gencive ou des os.

Une fois la totalité des procédures effectuées, le nouveau possesseur d’implant pourra :

  • profiter du rétablissement de la fonction masticatoire ;
  • préserver tous les éléments bucco-dentaires (gencives, mâchoires, dents, etc.) ;
  • retrouver un sourire esthétique ;
  • utiliser ses nouvelles dents sur une longue durée.

Le blanchiment : les différentes techniques

Le blanchiment, contrairement à la pose d’implants qui assure 2 fonctions (pratique et esthétique),  est une technique uniquement tournée vers l’esthétique. Il fait en sorte de remédier aux effets des agents de coloration des dents ; des éléments qui découlent le plus souvent de l’alimentation et de l’hygiène de vie (café, vin, boissons gazeuses, tabac, alcool, médicaments, etc.). Pour parvenir à un sourire éclatant, plusieurs techniques peuvent être adoptées.

La première d’entre elles consiste à adopter des habitudes permettant d’annuler tout effet des facteurs colorants. Il s’agira, entre autres, de se brosser les dents après chaque ingestion d’aliments. Des astuces et ingrédients naturels peuvent aussi aider : citron, bicarbonate de soude, charbon végétal, peroxyde d’hydrogène, etc. Aujourd’hui, il est possible d’obtenir un blanchiment plus pointu via des produits vendus en pharmacies : bandes, stylos, etc. Il est même faisable de trouver facilement des kits comprenant un ensemble d’articles destiné à un blanchiment à faire chez soi : éponges, gouttières, bavettes, gels, spray, etc.

Malgré ces options, le recours à un professionnel est encore l’une des solutions les plus efficaces et sécurisées. L’orthodontiste, pour procéder au blanchiment, effectuera une série d’opérations (même si la procédure suivie dépendra d’un patient à un autre) :

  • Évaluation des contre-indications ;
  • Examens ;
  • Détartrage ;
  • Détermination de la couleur naturelle des dents ;
  • Application des produits blanchissants.

Quelle que soit la méthode adoptée, il est important de demander l’avis d’un professionnel. Il pourra ainsi orienter vers la technique la plus adaptée.

Que peut-on blanchir ?

Une pose d’implant dentaire qui date, et la couleur de la fausse dent change. Après l’utilisation de « produits blanchiment », seules les dents naturelles prennent une teinte éclatante ? Il faut comprendre que le plombage, la couronne, la céramique et autres ne réagissent pas de la même manière que les dents.

Pour espérer retrouver un beau blanc pour ses implants, il sera nécessaire de se tourner avec son dentiste.